Populations légales 2018, évolutions comparées et estimations. Aire d’attraction rennaise et autres territoires adhérents de l’agence

Agence d'urbanisme de Rennes

Sciences humaines

janvier 2021

Aire d’attraction rennaise
Au 1er janvier 2018, l’aire d’attraction de Rennes comptait 747 200 habitants, concentrant 22 % de la population bretonne. Elle a gagné plus de 41 000 habitants par rapport à 2013, soit un taux de croissance de +1,1 % par an. 10e plus grande aire d’attraction des villes françaises, elle présente la 5e plus forte progression démographique. Cette dynamique est portée autant par son solde naturel que par son excédent migratoire. Elle s’est toutefois légèrement ralentie par rapport aux années 2000 et début des années 2010. 60 % de la population de l’aire d’attraction de Rennes habite à Rennes Métropole, soit un poids proche de celui déjà observé en 1968 (62 %). A contrario, la répartition de la population au sein de la Métropole s’est profondément modifiée : moins de 60% des habitants de Rennes Métropole vivent dans le cœur de Métropole* en 2018, contre 80 % en 1968. Dans son ensemble, Rennes Métropole est la 12e plus grande métropole de France, et elle connaît la 5e plus forte croissance démographique ces 5 dernières années.
*5 communes du cœur de Métropole : Rennes, Cesson-Sévigné, Chantepie, St-Jacques-de-la-Lande, St-Grégoire.
Autres territoires adhérents de l’agence
Deuxième EPCI* le plus peuplé d’Ille-et-Vilaine, la Communauté d’Agglomération du Pays de Saint-Malo connaît un regain de dynamisme, avec 3 600 habitants supplémentaires entre 2013 et 2018 (+0,9 %/an), alors que c’était le seul EPCI bretillien à perdre des habitants entre 2008 et 2013. La Communauté de Communes Bretagne Romantique observe également sur la période un taux de croissance de +0,9 % par an (1 550 habitants supplémentaires en 5 ans). Mais, sa croissance s’est ralentie par rapport aux années 2000. Dans les Côtes-d’Armor, les Communautés d’Agglomération de Dinan et Lamballe Terre & Mer voient également leur croissance se ralentir. Elles ont gagné respectivement 2 600 et 1 300 habitants entre 2013 et 2018, soit des taux de croissance annuels de respectivement +0,5 % et +0,4 % par an (contre +0,8 % et +1,2 % par an entre 2008 et 2013). Ces deux EPCI connaissent toutefois les plus fortes croissances démographiques du département (+0,1 %/an en moyenne sur la période), avec les Communautés de Communes de Pontivy et Côte d’Émeraude (à cheval sur l’Ille-et-Vilaine).
*EPCI : Établissement public de coopération intercommunale

Année de parution : 2021

consulter en ligne

Autres publications de l'agence

  • Tour d’horizon des marchés de l’habitat. Bilan 2019 et premiers chiffres 2020. Aire urbaine de Rennes

    L’observatoire de l’habitat de l’Audiar dresse chaque année un panorama des différents segments qui composent le marché immobilier du bassin d’habitat rennais. Cette livraison annuelle […]

    En savoir plus...
  • Conseil en mobilité auprès des entreprises. Retour d’expériences auprès de 12 agglomérations françaises

    Les autorités organisatrices de mobilité exercent une mission de conseil en mobilité auprès des entreprises depuis une vingtaine d’années. Les évolutions récemment introduites par la […]

    En savoir plus...
  • Dynamiques démographiques et analyse des ventes au sein des marchés immobiliers de l’intra-rocade rennaise

    Afin d’alimenter les réflexions sur les prospectives scolaires pour la ville de Rennes et notamment les hausses observées dans certains quartiers, l’Audiar s’est intéressée au […]

    En savoir plus...