Sentiment d’insécurité dans les transports collectifs franciliens

L'Institut Paris Region

Sciences humaines, Transports

septembre 2020

Les transports collectifs d’Île-de-France comptabilisent en moyenne 9,4 millions de trajets quotidiens ce qui les situe à la troisième place des modes de déplacement les plus empruntés par les franciliens, derrière la marche à pied (17,2 millions de déplacements par jour) et la voiture (14,2 millions) (Omnil, 2019), et au deuxième rang des distances parcourues (41 %) (Omnil, 2017). Depuis 2010, la part d’utilisation des transports collectifs dans les déplacements quotidiens des franciliens a augmenté de 14 %. Cette évolution s’explique notamment par le développement de l’offre de transport (notamment des bus et des tramways en petite et grande couronnes) et l’amélioration de la qualité de service (rénovation des gares, stations et arrêts ; nouveaux matériels roulants, etc.) sur le territoire régional durant cette période (Omnil, 2019). Toutefois, malgré une prise en compte des questions de sûreté dans les politiques de transport, le sentiment d’insécurité reste prégnant dans ces espaces.
Réalisée pour l’Institut Paris Region tous les deux ans depuis 2001, l’enquête Victimation et sentiment d’insécurité en Île-de-France révèle un niveau de peur dans les transports en commun qui varie peu à travers le temps. En 2001, 43,8 % des enquêtés rapportent avoir eu peur, au moins de temps en temps, d’être volés ou agressés dans ces espaces. Ce taux augmente jusqu’en 2005 pour atteindre 45,2 %, puis diminue jusqu’en 2009 à 40,6 %. En 2011, la peur de subir un vol ou une agression dans les transports collectifs atteint son plus haut niveau (45,5 %) pour diminuer à nouveau jusqu’en 2017 au seuil le plus bas jamais atteint (38,1 %). L’année 2019 se caractérise par une lègère hausse avec un taux de peur à 40,9 %.
Afin de mieux comprendre ce phénomène social et d’aider à la mise en place de réponses adaptées, L’Institut Paris Region, Île-de-France Mobilités et l’État, par l’intermédiaire de l’Observatoire National de la Délinquance dans les Transports (ONDT) ont réalisé la présente enquête dédiée entièrement à l’étude du sentiment d’insécurité et à l’identification des espaces anxiogènes dans les transports collectifs. Adressé par courriel à 515 255 abonnés Navigo annuel et Imagine R majeurs, le questionnaire a été entièrement complété par 50 222 personnes.

Année de parution : 2020

consulter en ligne

Autres publications de l'agence

  • Mesurer la délinquance par les signalements aux assurances

    La propension de victimes d’acte de délinquance qui saisissent leur assurance en vue d’être indemnisées reste parfois marginale selon la nature de l’infraction commise. En interrogeant […]

    En savoir plus...
  • Un nouvel outil d’analyse des formes urbaines pour mieux anticiper le développement des territoires

    L’Institut Paris Region met à la disposition des territoires d’Île-de-France le premier référentiel régional sur les tissus urbains franciliens (TUF). Fruit d’un croisement de plusieurs […]

    En savoir plus...
  • Santé des proches aidants et interventions en santé publique

    En France, plus de 8 millions de personnes assistent régulièrement et de façon non professionnelle des personnes de leur entourage nécessitant une aide à domicile. […]

    En savoir plus...