L’impact spatial et énergétique des data centers sur les territoires

L'Institut Paris Region

Aménagement urbain, Méthodes – techniques

mars 2019

Face à la croissance massive des échanges de données et des besoins de stockage, l’impact spatial et énergétique des data centers va être de plus en plus structurant pour les territoires. Leur diversité d’usages, d’acteurs, de tailles et d’implantations rend aujourd’hui complexe la lecture de leurs dynamiques et de leurs effets spatiaux.
Le présent rapport s’attache donc à donner une image du paysage des data centers en Ile-de-France et dans trois territoires des États-Unis, représentant chacun des situations spatiales et énergétiques différentes (ville dense, espace périphérique, rural). Facteur potentiel de déséquilibre des systèmes énergétiques locaux, objets dont l’accumulation urbaine et la dispersion rurale questionnent, les data centers font ici l’objet d’une analyse approfondie pour mieux appréhender les nouveaux territoires numériques en construction, les solidarités énergétiques à construire et les alliances d’acteurs à mettre en place.
Un focus est également réalisé sur les infrastructures numériques alternatives et citoyennes, qui se développent aussi bien en Afrique, Amérique du Sud, que dans les territoires mal couverts en Europe ou aux États-Unis. Dédiées à l’accès à Internet et de plus en plus, aux services d’hébergement et de cloud, elles peuvent constituer une réponse distribuée et pair-à-pair, dont l’impact écologique pourrait finalement se révéler plus limité que les infrastructures centralisées de grande échelle car calibrées au plus près des besoins locaux, mais aussi plus résilientes car moins centralisées techniquement et moins concentrées spatialement. Elles constituent ainsi une option à considérer, soutenir mais aussi à mieux évaluer, pour réduire les impacts spatiaux et énergétiques des data centers.
Le rapport propose également des visions prospectives qui combinent des tendances de fond et des signaux faibles pour imaginer les mondes numériques de demain, dont trois possibles sont décrits : « Croissance et ultracentralisation numérique » ; « Stabilisation du Système Technique Numérique et diversité infrastructurelle : quête d’une difficile résilience » ; « Ultradécentralisation numérique : la fin des data centers ? ». Enfin, des recommandations sont proposées autour de 3 axes : les acteurs et la gouvernance ; l’urbanisme et l’environnement ; l’énergie. Des pistes d’approfondissement et d’études sont également présentées.

Année de parution : 2019

consulter en ligne

Autres publications de l'agence

  • Les conditions d’un retour des activités productives dans les métropoles

    La ré-industrialisation est, depuis une dizaine d’années, au cœur de la stratégie de l’union européenne et de celle de la France. Pourtant, les activités productives, […]

    En savoir plus...
  • Plans climat : où en sont les collectivités franciliennes ?

    Activités économiques, démographie, pression foncière, flux de mobilité…, le territoire francilien contribue fortement aux consommations énergétiques et aux émissions de gaz à effet de serre […]

    En savoir plus...
  • La fiscalité de l’urbanisme : un levier pour le ZAN ?

    Parmi les réflexions pour atteindre l’objectif « zéro artificialisation nette », la piste de la fiscalité est régulièrement évoquée, notamment celle de l’urbanisme, compte tenu […]

    En savoir plus...