Comment améliorer la performance logistique du e-commerce ?

Ce rapport synthétise les résultats de l’enquête réalisée auprès de 3 800 internautes franciliens de 15 à 75 ans grâce au soutien financier de la région Île-de-France. Près de 9 Franciliens sur 10 ont acheté au moins un produit ou un service au cours des 12 derniers mois.Tout le monde achète en ligne, sur tout le territoire francilien que l’on vive en zone dense ou  rurale, en logement individuel ou collectif. Voyages et loisirs, habillement, produits culturels sont les plus achetés sur internet. Pour les voyages/loisirs, la grande majorité des internautes a basculé la totalité de ses achats sur internet (60 %). En revanche, les produits de consommation courante (alimentaire, santé) sont encore peu concernés (moins de 10 %). La complémentarité entre internet et magasins est confirmée, en particulier pour l’habillement pour lequel un consonaute sur deux achète dans les deux circuits.Si l’on considère les seuls achats internet ayant généré une livraison ce sont alors 8 internautes sur 10 qui sont concernés. La livraison à domicile est privilégiée. Elle prévaut pour ceux qui optent pour un seul mode, en particulier les inactifs. Elle est combinée avec le retrait en point relais quand le Francilien utilise deux formules. Globalement, plus on achète sur internet, plus on multiplie les modes de livraison. Ceux qui achètent le plus se font livrer davantage en magasin et moins à domicile ou en point relais. Des variations apparaissent entre territoires. Par exemple, on recourt davantage au point relais et au drive quand on s’éloigne de la zone centrale et on recourt davantage au bureau de poste à Paris. On se déplace à pied pour retirer son colis livré en point relais à Paris et en voiture en grande couronne. En revanche, les Franciliens choisissent un point relais à moins de 10 minutes à pied ou en voiture, qu’ils habitent en zone rurale ou en cœur d’agglomération. Les « formules » de livraison disponibles satisfont la majorité des internautes interrogés. Ce service influe sur la consommation par internet. Ainsi, une livraison encore plus rapide qu’aujourd’hui pourrait inciter 2 individus sur 5 à acheter davantage, quel que soit le lieu de résidence. Être livré tôt ou tard, voire très tard (après 22 heures), trouve davantage écho chez les Franciliens de la zone dense, les CSP+ et les jeunes de 18 à 34 ans.

Année de parution : 2016

consulter en ligne

Autres publications de l'agence

  • Le télétravail appose sa marque sur le territoire

    Travailler à distance est désormais une pratique courante, stabilisée depuis trois ans. En Île-de-France, plus de 43 % des actifs1 télétravaillent régulièrement, le plus souvent à […]

    En savoir plus...
  • L’écosystème des transports en commun en Île-de-France. 120 000 emplois au service des Franciliens et de la mobilité durable

    En Île-de-France, les transports en commun assurent 22 % des déplacements de la population, soit 9,1 millions de déplacements quotidiens, derrière la marche à pied […]

    En savoir plus...
  • L’impact urbain des Jeux de Paris 2024 : comment mener la démarche évaluative après l’événement ?

    Cet été, les Jeux olympiques et paralympiques vont mettre la France, l’Île-de-France et Paris au « centre du monde ». Viendra ensuite le temps de […]

    En savoir plus...